lundi 17 février 2020

CaVaN "CRaZY" GRoGaN



Dix piges à écumer le Royaume-Uni et se faire décrocher la timbale sous le pif par trois minets new yorkais tout juste en âge de finir de téter maman, il a dû la trouver saumâtre, Cavan. Il s'en est jamais plaint, ou alors pas que je sache. Il avait mieux à faire. Genre rendre les teddy boys moins cons en leur chantant Ol' black Joe sans oublier de faire monter un noir sur scène, pour danser, pas pour le lyncher. Mine de rien chez les rosbeef à rouflaquettes, c'était ouvrir les hostilités. Pourtant personne ne bronchait. On ne déconnait pas en présence de Cavan Grogan.


Cavan, c'était la vieille école, même génération que Lemmy, avec qui il avait plus en commun qu'avec Brian Setzer. On s'en serait douté rien qu'à les voir. Ce n'est qu'en 1973, alors que les boys rament depuis 64, que Teddy boy boogie fait office de premier single, devenu classique des cantiques depuis, et il faut attendre 1975 pour le premier album. Je dis attendre, mais ils ne devaient pas être nombreux au Pays de Galles, et encore moins ailleurs, à attendre quoi que ce soit d'un combo de rockabilly, aussi percutant soit-il, dans ces années d'ambitieuses innovations. Pas innovants la bande à Grogan, c'est certain, mais efficace au possible. Crazy Rhythm et Our Own Way of Rockin' qui sort en 77, en pleine scission des cultures, sont les deux piliers de bar d'une carrière qui ne fera guère de conquêtes territoriales, ce qui ne l'empêchera pas d'être durablement gravée dans l'esprit de ceux à qui les vibrations suffisent pour dénicher les bonnes tavernes. A eux seuls, ces deux disques enfilent les chansons graisseuses qui vous filent entre les doigts comme un volant de Renault 8 les soirs où l'abus de Pento devrait rendre obligatoire le port des mitaines. Ol' black Joe, je l'ai déjà dit, Teddy boy boogie, là aussi, My little sister's gotta motorbike, une pichenette qui renvoie Robert Gordon à ses poses de couillon de la lune, She's the one to blame, Rita, Sadie, Caroline, Marilyn, il en avait des copines, Cavan, il nous les faisait croquer.


Mr Cool en 1979 clôture les années d'espoir, celles qui vont en ascension. Bizarrement celles d'avant Stray cat strut. Ils n'en auront pas eu leur part de la vague rockabilly le gars Cavan et sa bande. De trop sales gueules de baroudeurs pour serrer la minette sans effrayer le minet. Comme Dr Feelgood, il leur aura manqué un JJ Burnel pour faire passer la pilule, un beau gosse ténébreux derrière lequel planquer les balafrés. Ça n'a pas dû le traumatiser plus que ça, Cavan était de ceux dont l'existence est plus importante que l’œuvre, je ne pense pas qu'il ait beaucoup rêvé de gloire, si il avait croisé le génie de la lampe, je mise lourd qu'il aurait plutôt demandé à ressusciter Gene, Buddy & Eddie qu'une médaille de la reine. 

Crazy Cavan Grogan est mort. Hier encore il nous restait un ami. Il lui manquait pas mal de chicots, c'était pas nouveau, le peigne lui grattait le crane plus qu'il n'évacuait de gomina depuis un bail, mais la voix était là, si le mouvement du bassin était rouillé. Assez parlé, Cavan est cané. 

Hugo Spanky




25 commentaires:

  1. Tous ces rockeurs qui disparaissent... le réchauffement climatique je ne vois que ça. Y a que Little Bob qui supporte encore le choc ;P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Little Bob...pour dire des conneries on peut compter sur toi ))))

      Supprimer
    2. ahahha ! Pourquoi il est mort !? ;))))))

      Supprimer
  2. Jamais entendu parler du bonhomme, mais il avait un look qui me parle !
    Il va sûrement retrouvé Lemmy, là-haut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as trois heures pour apprendre teddy boy boogie, bool et li bool et li bool, Je sais ça fait bizarre, mais avec ça tu as une chance de survivre si tu te perds un soir du côté d'elephant & castle )))

      Supprimer
  3. Quand je passerai, je veux que tu me fasses l'oraison, faudra que tu brodes un peu question création musicale.
    C'est bon ce papier et ça m'a fait remonter des souvenir, dont mon pote Kaserio qui faisait parti des peu à les suivre. Il avait fait une série de compil Dr Jekkyl & Mister Hyde, pour les années 70, devine où il avait placé les Messieurs.
    Perso, of course, 75, 76, 77 bercées par la BD j'avoue que les Stray Cats faisaient sorties de BD eux aussi, Davantage LUCIEN que KEBRA. Mes potes me parlent aussi en + des belles gueules, du show, de l'aide des média un sacré guitariste qui s'était fait remarquer. Cavan c'est davantage un collectif, marrant il avait mis son nom en haut de l'affiche alors qu'il me semblait moins vedette qu'un Setzer. Voilà que je parle davantage des vivants. De toute façon je ferai pas mieux alors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Stray Cats ont été pris en main par une attachée de presse dont j'ai oublié le nom qui les a amené à Londres, a rameuté quelques pointures à leurs concerts (de mémoire Jagger et Bowie, inévitablement), leur épargnant ainsi l'affreux public des Teds en les présentant d'emblée comme des stars branchées. Elle a fait battre la sauce par les journaleux anglais qui n'aiment rien de plus que de monter en épingle ceux qu'ils dézingueront le lendemain, leur a collé Dave Edmunds à la production pour le maximum credibility baby et en avant marche. Ils avaient des gueules de poupées barbie, se trimbalaient un kit prêt à l'emploi avec robe vichy pour les filles et pantalon feu de plancher pour les garçons. Ça a fait le bonheur des coiffeurs et des marchands de tissus, ça a duré un an, trois clips et autant de singles. C'était bien fichu, mais relativement ennuyeux en concert. Leur chanson la plus marrante est Storm the embassy qui appelle à ravager l'ambassade d'Iran suite à l'affaire des otages américains. Paradoxalement, l'Amérique est le seul pays où elle n'a jamais été distribuée.
      Ton image est bonne, c'étaient des Lucien, là où la bande à Kruel, pardon à Cavan, étaient des Kébra ))) Le zonard est parti dans les étoiles, pour de bon.

      Supprimer
  4. Le nom me dit vaguement quelque chose mais, bon, en rockabilly "moderne" je ne connais que les Stray Cats, c'est dire mon inculture...
    Tiens, ça me fait penser à un autre grand maudit, Vince Taylor, punk avant l'heure et inspirateur (à feu David Bowie) du personnage de Ziggy Stardust.
    Allez, faudra que je creuse l'ami Cavan quand mes envie me pousseront vers le binaire sautillant et sauvage du genre.

    RépondreSupprimer
  5. écouter crazy cavan il est pas trop tard pour les aimés

    RépondreSupprimer
  6. Ben moi j'ai toujours connu ce nom, je savais de qui/quoi il s'agissait, j'étais persuadé que le mec était un vrai de vrai et je l'aurais vanté et défendu contre vents et marées, tout ça sans jamais l'avoir vraiment écouté !
    Faut être con ... ou alors c'est ça une légende.

    RépondreSupprimer
  7. C'est ça, le bonhomme est tellement plus important que ses disques. Ce qui n'est pas plus mal, des têtes de cons qui ont enregistré des chef d’œuvres on en a déjà des caisses. Cavan et ses Rhythm Rockers (c'était pas le genre de maison à aller chercher un blase chez les philosophes) n'étaient pas des puristes, merci pour ça, les clichés, les codes, ils s'en foutaient, ce qu'ils savaient faire c'était mettre un coup de starter à une bonne chanson sans oublier de la faire swinguer.
    Comme souvent le premier album, Crazy Rhythm (vous avez pigé à qui on a affaire ce coup ci)) dit tout ce qu'il y a à dire et il le dit bien. Ça correspond à une chouette époque, sans trop de prises de têtes. Il y avait aussi Matchbox qui était pas mal dans le genre, mais Cavan était le meilleur pour accompagner un apéro comme pour faire des bornes. Quand t'aimais la version Clash de Brand new Cadillac, ils étaient fait pour toi.

    RépondreSupprimer
  8. Crazy Rhythm by Crazy Cavan c'est noté.
    C'est trop tard et c'est vrai que ça fait chier mais je vais m'y mettre.
    Thanx !

    RépondreSupprimer
  9. Je me rappelle de la pochette de son album Crazy rythm. Ces teddy boys anglais étaient vraiment infréquentables avec leurs rouflaquettes, leurs vestes "edwardiennes", leurs creepy shoes éculées, le cran d’arrêt et le peigne dans la poche arrière et leur montre à gousset.En France on se foutait de leur gueule à l'époque (de loin) parce que les "rockers" français c'était le genre de Lucien, ils étaient bons pour la baston au stand des auto-tamponneuses ou astiquer les chromes de leur Malagutti mais question musique ils n'y connaissaient rien.
    Cavan je l'ai jamais écouté mais ce que j'en pense d’après ce que j'ai vu, c'est que c'était un vrai de vrai, un soldat qui méritait mieux que cela tout comme Jesse Hector des Gorilla's . Belle nécrologie
    Duke

    RépondreSupprimer
  10. Sinon vous connaissez Hector et les médiators ? C'est toujours aussi tard, mais il est encore vivant ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, et je viens donc d'apprendre qu'il existe deux Jean-Pierre Kalfon ... ben ça alors !

      Supprimer
    2. J'ai un 45 tours de l'autre aussi ;) Tu te rappelles quand il faisait les pubs pour Bolino ?

      Supprimer
    3. Euh... Hector est mort ce 19 février 2020



      O_O

      Supprimer
    4. C'est dingue ça, il meurt le jour-même où tu nous apprends qu'il était vivant...

      Kalfon Rock Chaud, il avait un titre sur la compile French Rock de Skydog, et une bonne tête d'escroc oui dans les pubs Bolino !

      Supprimer
    5. c'est horrible ;))))


      .. et ses films, dont un totalement psychédélique avec des nones etc... peut-être Les idoles (!?)

      Supprimer
  11. ... non Bob est pas mort et j'aimerais bien l'écouter en public parce que c'est de la bombe ce mec dès qu'il l'ouvre. je viens d'apprendre la nouvelle via une vidéo ou Cavan explique en interviève que les teddys étaient pour lui la mémoire du rock'n'roll. ça commençait mal de me le présenter comme la frange réac de la chose, il a fallu attendre teddy boy boogie qu'un dj passait par hasard et BANG ! grillé instantané sur toute les conneries que j'ai pu lire ou entendre (à l'époque). quand aux cats, certes, mais ce live a montreux est trop bon (avec Wilco Johnson et Pearl des explosions qui viennent jammer vers la fin. Wilco pas trop en forme sur ce coup la). je les ai écouté c'tété ils sont passés près d'chez ouam et c'était bon. même cramp lux les saquait pas trop, moi je trouve ça marrant quand Setzer s'empare de la frime guitar hero pour se la jouer avec son son ah louie(oui oui). faut dire que Joe Bonamassa, Clapton, Yngwie Knopfler et Patrick Ronda et consorts me disent rien a la guitare. Capt Sensible plus bye bye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Cats ont fait quelques bons trucs, principalement en studio, je les avais trouvé mollassons en concerts, même au temps de leur grandeur. Bon, c'est peut être parce que je fréquentais trop les concerts de hard. Ceci dit ils n'ont jamais fait que réenregistrer le second album de Gene Vincent et piquer le break de blank generation pour en faire un tube.
      Petit Bob en public, je l'avais vu avec Steve Hunter à la guinde et Kenny Margolis au claviers, accordéon et tutti quanti. C'était musicalement en place et t'as pas tort, il sait chanter. Au delà de ça, c'est quand même le défilé un tantinet ridicule des poses d’ancêtre, des mélodies périmées et des limitations de vitesse. Le tout réalisé avec beaucoup de sérieux. Je préfère Jesse Garon.

      Supprimer
  12. Bonsoir ,
    Je viens d'apprendre la mort de Cavan Grogan . Je tenais à lui consacrer un billet sur mon blog . Pour ce faire je me suis permis de citer des extraits de votre très bon billet .
    Bonne soirée ,
    daniel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je précise pour ceux qui voudraient lire le blog en question (dont le ton est bagarreur et la prose concise) qu'il suffit de cliquer sur le prénom de l'auteur du commentaire ou chercher Nextmusic dans la bande droite de Ranx, rubrique La compagnie des îles lointaines.
      A+ Daniel, et merci pour le lien.

      Supprimer
  13. jesse garon premier album alors, son disque de reprise est a chier (sauf la voix). ben oui sérieux on est en france non ? écoute avec les oreilles et regarde ta voisine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On parle bien du même, son impeccable premier album. Pour le coup, Jesse Garon valait aussi le coup d’œil lorsqu'il animait son émission sur la Une, Wiz qui peut, tu te souviens de ce truc avec la scène qui descend ou monte selon l'avis du public ? C'était à pisser de rire ))))

      Supprimer