lundi 23 mars 2020

FRaNCis FoRD CoPPoLa ► The GoDFaTHeR



Par chance, j'ai passé nos dernières semaines d'insouciance à rafler avec un intarissable appétit tout ce qui passait à ma portée en matière de coffrets d'opéra. Madame Butterfly, Lulu, l'incomparable Turandot, Rigoletto, Don Giovanni, Pagliacci et son double Cavalleria Rusticana. Et d'autres, plein d'autres. Qui depuis le début du confinement occupent une grande partie de mes journées. Mes autres occupations étant la lecture d'une biographie minutieuse consacrée à Maria Callas et la publication de mes pensées les plus hautement philosophiques sur les réseaux sociaux, tout en tachant d'éviter la sinistrose des complotistes, le défaitisme des vains. A ce seuil de l'humanité, ce n'est pas une mince affaire de garder son cool intact.


Et puis, il y a des moments où l'avenir de l'espèce me désintéresse. Il est temps alors de rejoindre Milady et de nous plonger dans cet isolement que seul peut conférer un film qui nous happe, substitue une émotion commune à celles divergentes qui nous animent d'ordinaire au grès des humeurs. Un film qui prend possession de nos sens jusqu'à nous faire oublier nous-mêmes. Aux grands moments, les grands hommes, Francis Ford Coppola ne pouvait qu'être désigné en pareil instant. On a commencé vendredi par Le Parrain, premier du nom. Classique instantané, lien intangible entre l'ancien monde et le nouvel hollywood. Coppola file une gifle au cinéma, sublime tout ce qui a été filmé jusqu'alors, cumule des qualités que l'on estimait insurpassables chez l'un et l'autre. Beauté des tableaux, perfection des cadrages, sobriété, scénario inattaquable, quoi dire sur ce film qui n'a déjà été dit ? Signons pour un chef d’œuvre et redoutons la suite, puisque suite il y a.


Samedi, au réveil, à sec, à froid, Le Parrain 2, en VO comme il se doit. Là encore je ne vais pas en faire des caisses, il surpasse le premier volet. Chaque centimètre de pellicule est source d'éblouissement. Montage de haute voltige, Coppola maitrise son sujet jusqu'au plus infime détail. C'est bien simple il parvient à retenir Robert De Niro de cabotiner, jamais il n'a aussi bien joué. Al Pacino tient son rang, crâne et imperturbable. Robert Duvall est impérial. Robert Duvall est toujours impérial. Putain d'acteur celui là, surement pas reconnu à sa juste valeur, contemporain d'une époque qui primait la surenchère d'expressivité, se pâmait devant Jack Nicholson, Joe Pesci, alors que lui interprètait du coin du cil, n'usant que de subtilité et d'aisance. Démerdez vous pour mettre la main sur Assassination Tango, l'une de ses rares réalisations. Un tueur new-yorkais en fin de parcours, amateur de tango et désillusionné, embarqué dans une ultime danse quelque part en Argentine. Robert Duvall est grand.


Dimanche, fin d'après midi, dans une apesanteur de silence, j'enclenche Le Parrain 3. Le Vatican, la finance, la famille. Dieu, l'argent et les hommes. Cocktail nitroglycérine. Embrouille in spiritum sanctum. Qui baise qui ? La construction de l'intrigue est infernale, là où les deux premiers volets reposaient sur la force des protagonistes, celui ci fonctionne sur leurs faiblesses. Miracle d'intelligence. Al Pacino est transcendé par ce rôle à bout de souffle, à bout de vie, d'homme saccagé par des choix qu'il n'a jamais eu, écrasé par la fonction, le devoir. Un soldat. Sans joie, qui ne sait plus qui il est, qui a commencé, quelle est la mission. Depuis longtemps déjà, l'amour lui a faussé compagnie. On connait la chanson, Coppola en fait une danse macabre, une partition de mort.


Le nœud coulant se fait plus présent tandis que l'on oublie la nuit qui tombe derrière la fenêtre, si loin de notre canapé nos esprits ont rejoint l'écran. On tremble, on vibre. D'où viendra le coup fatal ? De cette sœur, âme sombre qui proclame son pardon avec des yeux à vous glacer le sang ? De ce neveu qui semble sa chose et que l'amour qu'il porte à sa cousine trouble comme une eau marécageuse ? L'amour comme une malédiction, interdit suprême dans un univers dépourvu de sentiment. Incestueux, adultère, éternel, l'amour rend faible les puissants. Perce le cœur des survivants. 


La dernière heure du film est irrespirable tandis que se met en place l'au delà. Au delà de la confession, au delà l'impossible rédemption, le néant. Absolu néant. Les images sont des peintures de maitre, des tarots. Un pendu. Le mouvement de la caméra est imperceptible, son œil triche, ment, ne dévoile rien. Le drame s'immisce dans l'esprit par suggestivité subliminale. La musique s'installe sans que le rideau ne se lève. Le sort n'a pas encore désigné ses choix. Cavalleria Rusticana, l'opéra encore. Sur scène se joue la même tragédie, amour, trahison, lame de couteau, vengeance. Le bruit sourd des corps qui tombent à terre. La Sicile. Des larmes, du vin et des croix. Eli Wallach, la gourmandise, Al Pacino, l'orgueil, Andy Garcia, la colère, Talia Shire, l'envie, le Vatican, l'avarice. Quelle pureté pourrait résister à cet étau de damnés ?


Le Parrain 3 nous a laissé exsangues et en pleurs, charcutés comme à l’abattoir, témoin de la tragédie humaine portée à son expression la plus dévastatrice. Francis Ford Coppola use de la beauté pour décrire l'indicible horreur et il y parvient avec maestria. Sans tape à l’œil, sans bruit, presque sans cri. Sans aucune forme de pitié.

Hugo Spanky


vendredi 28 février 2020

VaSlav NiJiNSKi



Le parcours de Nijinski en tant qu'homme est un labyrinthe, là où sa démarche artistique fut au contraire d'épurer la danse jusqu'à ce que du mouvement, il ne reste qu'une ligne. Nijinski travailla sur la fluidité de l'expression, ne conservant que l'essence du geste. Quand il apparait dans le paysage, la danse est cadenassée, le hasard n'a pas lieu d'être, l'improvisation est un crime. Le plaisir un péché. Les ballerines  règnent sur le corps de ballet d'où aucune individualité ne doit dépasser. Les hommes y sont au mieux des porteurs, au pire d'inexpressifs faire-valoir. Nijinski révolutionne son art, pulvérise des siècles de traditions, il trace une connexion directe entre l'émotion et le corps. Ensuite, il devient fou.
Traumatisé par la guerre, qu'il passe en Hongrie, prisonnier à demeure, son esprit fertile et incontrôlé, bâti sur un terrain familial instable, l'assène d'images du front. Charniers, corps engraissant les rats dans les tranchées. Cut, rembobine et recommence. Nijinski culpabilise d'avoir été homosexuel, c'est contre la volonté de Dieu. Nijinski ne culpabilise pas d'avoir été homosexuel, c'est Dieu qui l'a fait ainsi. Nijinski aime les hommes. Il aime aussi les femmes. Nijinski aime parce qu'il aime l'amour. Il est amour. Faut pas le faire chier pour autant. Nijinski balance sa femme dans les escaliers. Ce n'était pas méchant, la preuve elle n'a rien eu.


Nijinski invente la danse. Pas juste la danse moderne, la danse. Les dos qui se brisent, les nuques à l'équerre, la symétrie des mains, s'affranchir du tempo, que sais-je ? C'est lui. Il se fait virer des ballets russes pour s'être produit devant la haute bourgeoisie sans cache sexe sous son collant. Nijinski n'a pas honte de son corps. Sa bite fait partie de son corps. Il refuse de porter un cache sexe, il est sur scène pour se montrer. A nu. Il est le faune. Il bondit, traverse la scène dans les airs, la foule crie sorcellerie ! L'intimité des femmes s'ouvre en corolle. Nijinski danse.


Cocteau lui écrit Le dieu bleu, Picasso peint ses décors, Rodin le sculpte, Debussy, Strauss, Ravel brodent les partitions, Michel Fokine imagine les figures les plus folles des ballets russes, Nijinski les sublime toutes. Il rencontre Stravinsky ; L'oiseau de feu, Petrouchka, Le sacre du printemps. Huées, scandale, rejet. Il danse l'impossible à danser, devient son propre chorégraphe. Paris, Londres, New York, Buenos Aires, Nijinski superstar bouscule les mentalités, dézingue les barrières de la bienséance. De spectacle que l'on admire avec retenue, la danse devient vecteur de sentiments partagés. 
La violence qu'il impose à son corps, la vérité crue qu'il expose aux spectateurs, de tout cela il ne reste rien. La musique survit par les partitions, l'écriture par le livre, la danse ne dure que l'espace d'un mouvement. Nijinski est né en 1889, mort en 1950, enterré à Montmartre. Il danse en public pour la dernière fois en 1919, devant un parterre de quelques dizaines de personnes, venues dans un hall d’hôtel participer à une œuvre de charité. Nijinski s'assied face à eux, sur une chaise retournée, les mains sur le dossier, ses yeux dans les leurs, il scrute l'invisible durant de longues minutes. Une demi heure de longues minutes. Immobile. Seconde compte triple. Puis il se lance, dans le vide. Il improvise la guerre, incarne les corps qui souffrent, meurent, pire, se mutilent et survivent. Il contorsionne ses muscles, pousse ses articulations à la limite de la rupture. Il incarne. Matérialise l'indicible. Nijinski épouse Dieu. Dieu est mouvement. Certains voudraient se lever, outrés par le désordre furieux de son corps, partir. N'avoir jamais vu ça. La guerre. Les rats rassasiés dans les tranchées. Les seuls a n'avoir jamais connu la faim. De 14 à 18.
Personne ne parviendra à bouger le moindre muscle. Tétanisés de corps et d'esprit. Nijinski descend de scène et se rend au sanatorium, il passera les trente dernières années de sa vie interné.



Quelques jours avant son ultime danse, des jours longs comme des semaines, Nijinski écrit un journal. 4 cahiers. Vie. Mort. Des titres simples, comme rien d'autre ne l'est. Autopsie d'un schizophrène par lui-même. Le 4éme cahier est fait d'annotations, de chorégraphies, de dessins et poèmes. Nijinski dessine des cercles. Les trois autres sont édités en intégralité pour la première fois en 1995, après n'avoir été jusque là disponibles qu'en version expurgée, remodelés par Romola, sa femme, effrayée par le violent désordre des mots qui traduit celui de la raison. Par l'absence totale de filtre. Personne ne sortira d'ici indemne. Lire Nijinski est fascinant, tout autant éprouvant. En contradiction permanente ses associations d'idées nouent des phrases vertigineuses, le raffut des mots sur le papier trouble et impacte le lecteur, témoin des derniers soubresauts d'une pensée qui se désagrège. 
En 1939, Serge Lifar, qui lui succéda au sein des ballets russes, rend visite à son maitre à danser, animé du mince espoir d'éclaircir les limbes en exécutant pour lui les mouvements du Spectre de la rose, vestiges du temps de la splendeur. Engoncé dans son costard, Nijinski observe, se meut mal assuré en miroir des gestes du danseur. Soudain foudroyé, il échappe à sa torpeur, se cabre, bondit dans les airs. Le faune reste indompté. Jean Manzon, photographe de Paris Match, immortalise l'éclair.




Bronislava Nijinska, sœur de Nijinski, a perpétué le mouvement. Elle a dansé pour ce frère en camisole. A transmis ses innovations aux prétendants. Elle est belle Bronia, pose pour Man Ray. Ses mémoires seront peut être un jour rééditées. Celles de Romola se trouvent en papiers jaunies. Cahiers de Nijinski, version intégrale, Actes Sud, est toujours distribué et se déniche sans trop de péripéties sur le marché de l'occasion. Les livres sont tout ce qui peut encore nous relier à Nijinski. Il existe quelques secondes de pellicule détraquée, des gravures, des photos, rares, équivoques. Il existe des costumes de scènes désespérément vides. Nijinski s'est volatilisé.
Nombreux se sont irrigués à sa radicalité désaxée pour nous épater d'audaces dont on ignorait la source. Mais plus personne ne vit, parmi ceux qui ont vu danser Nijinski. Il les a tous tué. Ensuite il est devenu fou.


Hugo Spanky




jeudi 20 février 2020

ExPLiCaTiON d'TeXTe ► 36éMe desSouS



Il est assez commun de dire et d’entendre que la critique est plutôt facile, que c’est pas très charitab’ de tirer des Katiouchas sur une ambulance mais comme disait mon Marcel de père « Si tu jettes en l’air une enclume, t’étonne pas de la r’prendre sur la gueule », philosophie d’chaudronnier ou sagesse Newtonneuse, va savoir !
Quand le vulgaire dépasse le crétin, je crois qu’il est plus que temps de mettre la machine à distribuer des mornifles en  marche, et certain’ment pas en mode allégé.

« Sans la nuit, sans la nuit, sans la nuit, pas de matin
Sans la pluie, sans la pluie, sans la pluie, pas de beaux jours
Tu me dis, tu me dis, tu me dis : "c'est un peu loin"
Mais je dis, mais je dis, mais je dis : "pas si on court" »
Jusque-là c’est juste con à les bouffer par paquet d’douze, mais la chanson française ne nous a pas toujours gâtées par la finesse de ses textes. L’art de la rime, si c’est ça, tout l’monde l’a pas, eux en tout cas c’est sûr !

« Si tu me tiens la main, eh ben, eh ben ouais, tu me tiens la main
Si tu me tiens la main, eh ben, eh ben ouais, tu me tiens la main »
Bim, là on glisse radical’ment dans le crétinisme en mode Olympique, « Si tu me tiens la main, eh ben, eh ben ouais, tu me tiens la main », non seul’ment c’est complèt’ment con mais comme le présageait je sais plus quel grand sage, quand t’as rien à dire, n’hésite surtout pas, Ferme ta Gueule !!


« Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, à côté de toi »
C’est là où’s’que j’voulais en arriver, je crois qu’on bat des sommets, en tout cas çui du Vulgaire ! Comment ce nid de p’tites salopes dotées d’entrées VIP dans tous les Sofitel de la galaxie peuvent entonner en chœur qu’ils veulent, et de bon cœur, rester là, à côté de ceux qui crèvent dans le froid, dans le mépris, aussi anonymes qu’invisibles, juste des Faire-valoir pour que ces petites couv’de magazines passent pour des cœurs généreux. Je serais curieux du regard que porterait aujourd’hui l’homme Colucci sur ces tristes pets qui n’ont pour seul utilité à leur vie d’merde que la misère des autres !!

« Sans le temps, sans le temps, sans le temps, pas de victoire
Sans le vent, sans le vent, sans le vent, aucun espoir »
Facile à chanter quand on passe la moitié d’l’année sur un voilier dans des eaux aussi dociles que turquoises !
« Tu me dis, tu me dis, tu me dis : "ça sent la fin"
Mais je dis, mais je dis, mais je dis : "on verra demain" »
Pauvres petites merdes dégénérées, z’avaient pas encore compris que dans certaines situations, le mieux reste qu’il n’y ait surtout pas de Demain !!



« Si tu me tiens la main, eh ben, eh ben ouais, tu me tiens la main
Si tu me tiens la main, eh ben, eh ben ouais, tu me tiens la main »
J’l’a leur collerai bien volontiers dans la gueule leur putain d’main, mais bon, ça c’est très perso !!

« Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi »
Après le comique de répétition, ces chers En….. ont sinon inventés en tout cas remis au goût du jour la Connerie à Répétition !!

« Alors, alors, alors, alors on pourra même s'aimer même si la Terre se fait la belle
Même si les Hommes sont fêlés, la vie est belle, la vie est belle
Alors on pourra même s'aimer même si la Terre se fait la belle
Même si les Hommes sont fêlés, la vie est belle, ouais »
Forcément, après une bonne nuit au chaud, le ventre plein et la bouteille de bulles vide, on peut trouver que La Vie est Belle !!

« Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi
Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi »


Mieux que mon avis, pas forcément si important qu’ça, alors que je cherchais les Lyrics, et oui même pour une telle débilité on parle de Lyrics, et n’allez surtout pas imaginer que j’allais me fader cette « chanson » de merde en boucle pour en relever toutes les finesses, nos riches petits En…. ont adjoint au texte de leur « chanson », eux même comme des grands, l’Explication de “ À côté de toi ”
Je vous la présente de ce pas, c’est si mignon !!
« La troupe des enfoirés nous a habitués depuis 2012 à avoir chaque année un nouvel hymne pour leurs grands spectacles annuels. Et pour l’an 2020, après Jean Jacques Goldman, Grégoire et MC Solaar ou encore, Vianney et Soprano, c’est la plume et la composition de Boulevard des airs et Tibz qui nous a offert le titre « à côté de toi ».
Je n’ose à peine les en Remercier !!

« Chanson folk, enjouée et ensoleillée, il chante la solidarité, la fraternité et l’espoir, avec un clin d’œil à la nature. »
La nature, ça doit être les camps de tentes décathlon et tout en carton qui fleurissent si bien tout le long du périf, pour la Solidarité, la Fraternité et les repas chauds, on garde ça dans la case Espoir !!

« La chanson, un soutien pour les moments difficiles, nous rappelle que l’on trouve toujours la lumière au bout du tunnel, qu’il faut avancer et se battre quel que soit les coups durs, les périodes difficiles, on finit toujours pas en voir le bout. Et que plus le combat est rude plus la victoire est belle. Mais que tout de même, le soutien des proches reste toujours le meilleur des moteurs pour avancer. »
C’est vrai quoi ! Bande de creuvards, travailleurs pauvres, précaires et feignasses en tout genre et aut’ saloperies d’sans papier qu’ont traversé la moitié du globe pour venir se faire plaindre entassés dans des bidons villes en périphérie de nos si magnifiques capitales ou saloper les si belles plages de la côte nord, sortez-vous les doigts, levez-vous et allez faire les esclaves dans des cuisines de restaurants 2 étoiles et autres boulots d’merde. C’est quand même pas à nos artistes, qui bien souvent n’existent que le temps de ces chansons de merde et les pestacles qui vont avec de subvenir à vos besoin, non mais !! Putain, vraiment sans cœur tous ces trucs !!


« Pour les 30 ans de la troupe, les artistes ont mis la barre très haut, et sur ce titre on reconnaitra notamment les voix de Christophe Mae, Slimane, Julien Clerc, Jenifer, Black M, Zazie ou encore Veronique Sanson. »
Comme l’aurai si bien dit le Coluche, « On a les Noms de ceux qui font les Cons, Pan !! »

« Le spectacle 2020 nommée « le Pari(s) des enfoirés » connait de nouveaux artistes tel que Black M, Vitaa ou encore l’humoriste aux paillettes Ines Reg. Autant dire que l’année 2020 est plus que prometteuse pour la troupe et l’association des « restos du cœur » au profit de laquelle chaque artiste des enfoirés se bat pour récolter des fonds. »
Oui, ils se battent pour récolter des fonds, gentilles bestioles, et mêmes à les entendre, ils sont là, présent au plus près de ceux qui sont dans l’besoin, pour pas dire dans la merde !!
« Moi, je veux rester là, à côté de toi, à côté de toi, juste à côté de toi »


Combien de ces petites merdes participent aux Maraudes pour distribuer une soupe chaude ou un duvet, combien de ces MOI JE louent ne serait-ce qu’un étage d’un de leurs putains d’hôtels dix étoiles lors de leur tournée pour abriter une famille avec enfants, les protéger au moins une nuit ? Combien investissent leur cher pognon dans la construction d’logements ou même la réhab de casernes et tout plein d’autres lieux que tout le monde sait vides à l’année. L’urgence, elle n’est pas dans leurs rimes à la con !!
Je pourrais continuer à gerber ma bile comme ça sur encore au moins dix pages, mais à quoi bon, ça changera quoi ?
A l’heure où l’Australie carbonisée nous annonce la perte de plus d’un milliard d’espèces endémiques à l’ile, et toujours pas un mot sur les Aborigènes par contre…, où le dernier repas chinois risque fort de faire diminuer la population mondiale, pas forcément un mal…, où une bande de guignols jouent à celui qu’aura la plus grosse pour gagner la mairie d’paris, capitale du centre de l’univers, où ceux qui se plaignent toute l’année d’avoir pas assez d’tunes pour faire les courses font la queue devant les téléskis et où not’ Cavan Grogan s’en est aller dans un monde où ces petites foireuses ne pousseront jamais la chansonnette,  qui se préoccupe d’une chanson aussi con et vulgaire que ce “ À côté de toi ” ?


Le seul brin d’justice dans tout c’tas d’merde reste la nomination d’Alain Souchon comme meilleurs album de l’année, et oui, en 77 il nous chantait son Poulailler’s Song et aujourd’hui, à plus de soixante-dix piges, il reste encore à la radio, un qui est encore capable de faire des phrases, qui veulent dire quelque chose, même des fois émouvoir, des rimes, eh ben, eh ben ouais et du coup un album plutôt chouette, en tout bien moins minable et vulgos que la bande à Mousse Pipi qui voudrait mais ne pourra jamais, même pas dans l’miroir refléter !!

7red 

lundi 17 février 2020

CaVaN "CRaZY" GRoGaN



Dix piges à écumer le Royaume-Uni et se faire décrocher la timbale sous le pif par trois minets new yorkais tout juste en âge de finir de téter maman, il a dû la trouver saumâtre, Cavan. Il s'en est jamais plaint, ou alors pas que je sache. Il avait mieux à faire. Genre rendre les teddy boys moins cons en leur chantant Ol' black Joe sans oublier de faire monter un noir sur scène, pour danser, pas pour le lyncher. Mine de rien chez les rosbeef à rouflaquettes, c'était ouvrir les hostilités. Pourtant personne ne bronchait. On ne déconnait pas en présence de Cavan Grogan.


Cavan, c'était la vieille école, même génération que Lemmy, avec qui il avait plus en commun qu'avec Brian Setzer. On s'en serait douté rien qu'à les voir. Ce n'est qu'en 1973, alors que les boys rament depuis 64, que Teddy boy boogie fait office de premier single, devenu classique des cantiques depuis, et il faut attendre 1975 pour le premier album. Je dis attendre, mais ils ne devaient pas être nombreux au Pays de Galles, et encore moins ailleurs, à attendre quoi que ce soit d'un combo de rockabilly, aussi percutant soit-il, dans ces années d'ambitieuses innovations. Pas innovants la bande à Grogan, c'est certain, mais efficace au possible. Crazy Rhythm et Our Own Way of Rockin' qui sort en 77, en pleine scission des cultures, sont les deux piliers de bar d'une carrière qui ne fera guère de conquêtes territoriales, ce qui ne l'empêchera pas d'être durablement gravée dans l'esprit de ceux à qui les vibrations suffisent pour dénicher les bonnes tavernes. A eux seuls, ces deux disques enfilent les chansons graisseuses qui vous filent entre les doigts comme un volant de Renault 8 les soirs où l'abus de Pento devrait rendre obligatoire le port des mitaines. Ol' black Joe, je l'ai déjà dit, Teddy boy boogie, là aussi, My little sister's gotta motorbike, une pichenette qui renvoie Robert Gordon à ses poses de couillon de la lune, She's the one to blame, Rita, Sadie, Caroline, Marilyn, il en avait des copines, Cavan, il nous les faisait croquer.


Mr Cool en 1979 clôture les années d'espoir, celles qui vont en ascension. Bizarrement celles d'avant Stray cat strut. Ils n'en auront pas eu leur part de la vague rockabilly le gars Cavan et sa bande. De trop sales gueules de baroudeurs pour serrer la minette sans effrayer le minet. Comme Dr Feelgood, il leur aura manqué un JJ Burnel pour faire passer la pilule, un beau gosse ténébreux derrière lequel planquer les balafrés. Ça n'a pas dû le traumatiser plus que ça, Cavan était de ceux dont l'existence est plus importante que l’œuvre, je ne pense pas qu'il ait beaucoup rêvé de gloire, si il avait croisé le génie de la lampe, je mise lourd qu'il aurait plutôt demandé à ressusciter Gene, Buddy & Eddie qu'une médaille de la reine. 

Crazy Cavan Grogan est mort. Hier encore il nous restait un ami. Il lui manquait pas mal de chicots, c'était pas nouveau, le peigne lui grattait le crane plus qu'il n'évacuait de gomina depuis un bail, mais la voix était là, si le mouvement du bassin était rouillé. Assez parlé, Cavan est cané. 

Hugo Spanky




mardi 28 janvier 2020

DaviD BYRNe, CaPiTaUX eT CoMPTe CouRaNT




La façon dont l'architecture des lieux d'interprétations a influé sur les sons, comment leur réverbération naturelle, ou son absence, a donné sa texture à la musique depuis la brousse jusqu'au Carnegie Hall, de la nuit des temps à nos jours. La façon dont l'évolution des formats d'enregistrement a dirigé les compositeurs qui s'y sont adaptés. L'invention du 45 tours est à l'origine du format Pop de manière bien plus certaine que l'inverse, si plus personne ne compose d’œuvre de 3 heures c'est parce que la durée d'un cd est de 70 minutes, si la loge du CBGB avait eu une porte, on n'aurait pas vu à travers. 
Dans son livre Qu'est ce que la musique ? paru aux Editions Philharmonie de Paris David Byrne passe en revue tous les aspects de son métier, influence des origines, perceptions miroirs, marketing, distribution, formatage de la créativité par l'obligation de rentabilité, rien n'est laissé sous le tapis. Il évoque aussi le Japon, Bali, l'Afrique, autant de cultures qui ont nourrit ses disques, le visuel de ses concerts en imprégnant son esprit et son corps. David Byrne parle beaucoup et de tout, de l'analogique et du numérique, du mp3 et de Bayreuth, de l'antiquité et iTunes, en termes parfois techniques, du moins analytiques. Et c'est là qu'il me laisse en bord de route. Son livre est un guide dépourvu de caractère, il énumère sans vilipender ni encenser, tout juste s'il émet un avis, se pose quelques questions dont la pertinence semble le satisfaire autant qu'elle m'indiffère. Ce n'est pas désagréable en soi, il n'est pas foncièrement rebutant d'être soumis à de simples faits, de se voir exposer les différents fonctionnements d'un groupe de musiciens selon le contexte dans lequel il se situe, sans jugement de valeur, sans ragot sur les occupations favorites des fesses de la bassiste. Certes. Je pourrais même me sentir soudainement considéré comme adulte, ce qui dans une biographie rock tient du miracle. Au lieu de quoi c'est la sensation de relire mes manuels scolaires qui pointe son nez. Avec pour même conséquence qu'en d'autres temps de disperser ma concentration aux quatre vents. Tiens et si j'ouvrais la boite de crème de marrons ?



Qu'est ce que la musique ? est rébarbatif, gavé de diagrammes démonstratifs, d'analyses financières, de pourcentages, de graphiques, de retours sur investissements. On ne peut pas reprocher à David Byrne une quelconque opacité, il énumère et chiffre ses diverses sources de revenus, ses frais, ses droits d'auteur, d'édition, droits annexes, licences, types de contrats, tout y passe. Le prix du ticket en fonction du loyer des salles de concerts, le budget annuel du Metropolitan de New York, les conséquences de Megaupload, Pirate Bay et Spotify, la mainmise graduelle de Live Nation. Il a tout compris, il nous explique. J'ai eu la sensation de réviser le plan comptable général, flashback sur mes années d'ennui profond. Peut être a t-il été traumatisé par un redressement fiscal ? Peut être qu'il a voulu s'assurer que jamais on ne le confondrait avec Ozzy Osbourne. Quoiqu'il en soit, si il n'était pas réputé pour son humour, ce n'est pas ce bouquin qui va changer la donne. Son seul bienfait fut de me faire sortir Stop Making Sense de son boitier dvd, manière de retrouver le plaisir doux amer que Talking Heads a su distiller en maintenant avec une énergie toute corporelle l'équilibre entre performance arty et transe de la danse. Contrairement à ce que David Byrne semble croire en ne leur octroyant aucun mérite, le charme du groupe provenait aussi du langage des signes que ses acolytes d'alors nous adressaient pour rendre compréhensibles les turbulences intellectuelles de leur leader. Indéniablement à ne vouloir ressembler à personne, on peut aussi finir par ne ressembler à rien.


Hugo Spanky

samedi 18 janvier 2020

AciDes LecTuReS eT NoiRs PoLaRS


Aussi vrai que je pense que pour déguster de bonnes Galettes il vaut mieux chercher du côté de Quimper, une bonne Bouillabaisse, plutôt au port des Goudes et une bonne Chorba chez Maman Belkatir, alors peut-êt’ que pour de bons Polars mieux vaut s’adresser à ceux qui baignent dans la criminalité, bandits comme flics.
La découverte de cette fin 2019 c’est un écrivain, Olivier Norek, ancien flic et plein d’aut’ choses, et ses polars.

« Séries sur les flics, films sur les flics, reportages sur les flics. Il n'avait jamais compris pourquoi les gens les détestaient autant en vrai qu'ils les adoraient en fiction. » O. Norek


Pour les trois premiers bouquins il nous entraine dans un commissariat de banlieue, dans le 93, avec une équipe de flics mené par son capitaine, Coste, qui sans êt’ complétement le Pappy Boyington de la Casa Babylon reste le genre de loulou avec qui, perso, il ne serait pas trop difficile de bosser, un truc un peu à l’ancienne.
Trois bouquins où on découvre le quotidien de cette équipe dans un univers si loin de toutes ces douceurs télévisés où les gentils combattent le mal, lui-même très bien définis, pour se conclure forcément sinon sur un Happy End en tout cas les milles et un bravo à ces enquêteurs qui, sous les spots des plateaux ont défendu la justice, la morale, la veuve et l’orphelin en même temps que la boulangère du quartier !!


C’est brut, tant au  niveau de l’écriture, brève, sèche qu’au niveau des histoires. En quelques mots, quelques phrases, vous baignez direct dans l’bouillon, attention germes toutes pas belles !!

L’écriture est précise, incisive, digne du top des scénarios (naris, sorry me no speak Italiano !!) Les personnages, les lieux, pratiquement les dialogues vous paraissent fait maison, logiques, ceux que vous tiendrez, ça sonne salement juste et, même pour celui qui ignore tout des jungles bétonnées, je ne lui donne pas long avant de vivre dans l’décors, avec la douceur de le quitter en fermant le livre.


Les histoires, parce qu’il faut bien en parler, sont brutes, redoutables. Les salauds sont des salauds pas parce que voyous, flics ou politiques, non, rien qu’parc’que c’est des salauds. Pas de condescendances,  de pauv’ loulous victimes de la société, rien que des crevards, attirés par le fric, le pouvoir. Bienvenue dans un monde où le cynisme n’a d’égal que la réalité. Dès le premier livre « Code 93 », une ballade dans un département où les chiffres de la criminalité restent à cacher, ce qu’ils représentent risquant de carrément changer le goût du JT de 20 heure, mais jusqu’à où faut-il plonger ?


« Territoires », son second, ou comment les politicards et la Racaille peuvent parfait’ment travailler de concert, en espace vert ça s’appelle des maladies Saprophytes, qui souvent très vite deviennent Pathogènes…, Non non Merci, si j’le sais c’est que j’l’ai appris, pas d’quoi s’l’a péter donc, mais je vous laisse imaginer pourquoi c’est resté !!
Et pour finir cette trilogie avec l’équipe du pitaine Coste « Surtensions ». Séjour cauch’mardesque embastillé en rase banlieue, milieu/avocat/justice, tous pourris, non j’l’ai pas dit, ah, si !!
Mon top, ce quatrième livre « Entre deux Mondes » est celui par lequel j’ai découvert le Norek et, si les histoires de Bobby Bobylon ne vous sied qu’à moitié, ben commencez vous aussi par celui-là !

Si les histoires de banlieue pouvaient paraitre cyniques, là on baigne dans l’acide, le cruel, pire, la triste réalité, ouais, mais pas la nôtre, celle de milliers de Migrants, entassés là, derrière une dune, comme dans un Week-End à Zuydcoote, mais déjà, sans trop la possibilité d’repartir.

Je parle de cynisme mais rien de moche ou de triste non, du cynisme même un peu jubilatoire, on vit définitivement pas chez les bisounours et c’est bien que quelqu’un le dise !!


De la Concrète Jungle on passe à celle en plastiques, bouts de bois, taules ondulées et cartons humides, la Jungle toujours mais celle de Calais, où des milliers d’âmes sont venues s’échouer durant de trop longues années. Une histoire de Migrants, qui ne peuvent plus migrer, de garde-barrières qui ne trouvent plus les limites, d’humanitaires qui trouvent là de quoi justifier de leurs existences.

Vous avez vu ? Tout comme on nous l’a présenté durant des années, parler de tous ces gens sans jamais les citer, un peu comme une masse informe et grouillante, de la chair fraiche pour tous les passeurs et autres esclavagistes du 20ème et 21ème sièc’ !


Ce quatrième bouquin est terrible, prenant, percutant, une grande, mais alors très grande claque dans la gueule. Toujours cette écriture, brève, sèche  mais tellement parlante. Une histoire, une balèze, une touchante et même un chouïa déchirante, la vie d’un migrant planté là en bord de mer, vue de l’intérieur et, vue comme un individu, ce p’tit truc qu’on a jamais trop entendu, son prénom, ses souvenirs, sa famille ou son métier, un peu comme si on nous f’sait découvrir un être humain, avec toutes ses envies.

Ce livre est touchant parc’que comme les autres si il cause d’une réalité, celle-ci n’est plus une histoire de flics et de voyous mais celle de Monsieur et M’dame tout l’monde jeté dans une sauce dont ils n’ont pas réellement choisi tous les ingrédients. Jusqu’à où l’être humain peut êt’ moche ?


Vous l’aurez compris, plutôt une chouette découverte, Erssi Miss Lexa, mais tout n’est pas que bon, non trop facile. Il y a quand même quelque chose qui cloche, et pour chaque bouquin lu, ils finissent trop vite !!
Ben ouais, ce s’rait avec un malin plaisir de lire encore dix ou cent pages de mieux, parc’qu’il faut l’avouer, flics, migrants, situation de merde, ils sont si bien contés que le temps passé auprès d’eux parait trop court.

Ouais définitivement, commencez par celui-ci, une très bonne approche du travail du bonhomme, de son monde, son écriture.

Voilà voilà, mission accomplie, qu’est ce qui m’reste à faire ? Traverser la rue pour faire bisou à un agent de police, mouais… ? Jouer en boucle l’Salope de Keufs des Cadavres…pas vraiment plus ! Peut-être commencer l’dernier « Surface », Ouais, vais faire comme ça !!

7red