jeudi 15 août 2013

DoN CaVaLLi


C'est vraiment génial le "rock". Rien que le mot m'emmerde. Je pense immédiatement : bras tatoués, abrutis au nez poudrés par la coke, branlette éternelle sur le passé, dress codes ad nauseam, festivaliers torse poils et ivres, Iggy Pop payé par la mairie d'une ville de province pour montrer son engin, lesbiennes hystériques, écrivaines ??? (ah!, ah!) Vieillards rejouant leurs tubes usés jusqu'à la moelle, déguisés (ils sentent que quelque chose lâche en eux), gamins fumant leurs joints accroupis et perdus, engraissant les dealers arabes (on me dit qu'ils croient en Dieu entre deux ventes)... 
La révolte, la rébellion : le nec plus ultra pour l'analyse sociologique universitaire. Le sexe, la partouze permanente... La transgression surtout... ça a de l’intérêt, non ? Tout cela sent la mort. Déjà à 16 ans, l'hémisphère droite du cerveau nécrosé... Trop de passé, de jeux vidéos et une logique numérique qui infecte...

Tout cela n'est pas pour moi, cela ne l'a jamais été. Les rockers n'aimaient pas le rock. Ils aimaient le blues, le gospel, la country, le rock and roll, la modernité et l'élégance. Pas ce qu'on appelle maintenant le "rock". Ils n'ont pas inventé des termes de classement pour philatélistes ni les règles qui sont venus avec les suiveurs. Cochran demande à sa secrétaire d'assurer la batterie avec des cartons. Sam Phillips monte le niveau de l'écho. Les Kinks bousillent leur HP... Marty Robbins casse une lampe en plein enregistrement... Ils essaient. Ils se plantent, ils gagnent. 
 
Je me rappelle du déhanchement des noirs dans les rue d'Abidjan en 1975. Petit poste transistor à pile sur l'oreille. Boucles de guitares, issus de la brousse, du marché d'Adjamé. nuages rouges de terres battues. La musique est partout et surtout l'attitude. Abidjan 1975: pas de rock and roll mais tout est là.
 
 
Don Cavalli doit être d’origine italienne, avec un nom pareil. Mais il est de Paris avec un gros accent... celui qui sent les quatre révolutions. Il a connu les années 90's dans le milieu du rockab. "Je joue exactement comme Dick Penner ou je déniche le morceau le plus obscur pour me faire un nom dans le milieu". On connaît... Sans issus et sans intérêt. Mais lui, il a du talent. Le VRAI talent: il sait composer. 

En plus, il a deux autres atouts : il chante comme Charlie Feathers mais en mieux  (Il le bat sur son propre terrain) et il joue de la gratte façon country blues, au doigt. Il SAIT le faire, pas imiter. Il sort un paquet de bon disques de rock and roll. Des 45t, des 25 cm. Des trucs de dingues. Des chansons qui sonnent comme des classiques. Les U.S. accrochent. 


Il aime, le gospel, le reggae, le rockab, le blues (Tiens donc). Un peu étriqué le milieu, non ? Chemises pas d'époque... Un vrai sacrilège. Il tente autre chose. Plus de règle : il a passé l'age. 

 
Maintenant, c'est lui qu'on entend sur ces deux albums Cryland et Temperamental.
Ce type est bon, VRAIMENT bon. ET c'est maintenant qu'il doit en profiter, pas dans dix ans quand on écrira des livres où qu'on postera des vidéos de lui sur facebook pour se la jouer.

Alors avant qu'il fasse parti du décor. 
AIMEZ-LE !!

8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Excellent oui, malgré eh bien... ce Don Cavalli où, c'est vrai, j'aime beaucoup la voix, mais pour le reste je n'ai pas si accroché que cela.... mais à la limite on s'en fout, car le contenu est là et bien là. Tu ne sais même pas à quel point ça me fait plaisir de voir exprimer mes propres pensées par écrit comme cela. "Plus de règles : il a passé l'âge" ! Tout est résumé dans cette phrase. Et puis, quelle intro !! ;D ça fait du bien ! J'ai toujours eu aussi ce décalage, cette liberté à vrai dire, d'aimer ce que j'aime, sans honte, jamais. Et pour moi aussi "Rock" sonne comme quelque chose de ringard ou pire, c'est un peu la honte, bien que moi aussi j'aime le blues, le gospel surtout, et etc... J'ai honte quand devant moi quelqu'un lève le bras, points fermés sur Brown sugar (j'ai horreur de ce morceau), j'ai honte du public garage qui ne veut pas grandir, putain, ce n'est pas un gros mot merde ! j'ai honte que Buzzcocks fassent encore des concerts 30 ans après avec les mêmes morceaux (qu'il y a 30 ans), j'ai honte de n'avoir été la seule à apprécier le dernier concert de avoir vu Jonhathan Richman parce que son public n'était là pour entendre des trucs de l'an 40, j'ai eu honte aussi devant Jim Jones Revue, où c'était vraiment zéro et que le public (mes fréquentations) se sont comportés en mange merde pour aller leur parler...
      Ok, je vais faire un effort pour Don Cavalli ;D
      Sylvie

      Supprimer
    2. Merci Sylvie! C'est pour ça que j'aime bien lire Ranx. Y pas de règles ni d'à priori. Ca me convient bien. Continuez.

      Supprimer
  2. Elvis Presley est mort cette nuit, il y a de nombreuses années de cela. Lui et quelques autres ont donné vie à la passion qui nous secoue les tripes encore aujourd'hui, une musique vivante, en perpétuel mouvement, aux racines profondes, animée par une foi à aplanir les montagnes.
    Une musique en passe de devenir une langue morte faute d'être parlée correctement.
    Dans ma ville, il y a plus "d'artistes" que de merdes de clébards sur les trottoirs et pas un qui rêve d'autre chose que de devenir fonctionnaire, même les locaux de répétitions sont gérés par la municipalité, pas un seul de ces freaks ne sait se secouer le zguègue tout seul, bordel, quand je pense aux kilomètres avalés pour aller se perdre dans l'étang de Marseillette, brancher nos machines à foutre le boxon sur une installation électrique en fil torsadé, un piquet de fortune planté dans la terre boueuse en guise d'assurance contre l'électrocution. La démerde, l'inconscience et la foi pour quelques heures de plaisir en communion directe avec l'esprit de Memphis.
    Tu sais quoi ? Je ne voudrais ressembler à personne d'autre.
    Beau papier qui rappelle l'essentiel. Merci de l'avoir fait.
    Hugo

    RépondreSupprimer
  3. enfin, quelqu un qui pense a elvis!!!! je disais justement a mon homme personne n en avait parlé!!! ni pensé sans doute aussi!!bon, j étais pas la seule a y penser alors, c est déja ça!!!! bye pam

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Pam, mais t'inquiète, j'ai découvert la musique le lendemain de la mort d'Elvis en 1977, bloqué dans la voiture de mes parents quelque part sur la route du retour des vacances à écouter la radio qui rendait hommage en diffusant les hits du King. Ça a duré tout le trajet et à l'arrivée j'étais plus le même môme.
      M'en suis jamais remis, j'ai jamais oublié.
      Encore une fois ton commentaire fait mouche. On vient de regarder le triste et pitoyable hommage que fr3 s'est sans doute cru obligée de rendre hier midi mais on est bien loin des après midi de 15 Août devant Sous le ciel d’Hawaï, L'idole d'Acapulco ou Bagarre au King Créole. Nous emmerdent avec leurs téléfilms allemands.
      Hugo

      Supprimer
  4. ... très bon ... ça roule, ça cool tout seul, si je repère un concert près t'chez moi ... je suis client ... mlle sylvie, laissez tomber la honte, ça rend escargot ... kid rock ... pfff ... qu'est ce que j'en ai a cirer ... don cavalli oui !

    RépondreSupprimer