lundi 8 février 2016

ANGiE TRiBeCA & auTReS FaRiBoLes De L'eXiSTeNCe


En attendant, dans le courant de ce mois de février à la con, le début sur HBO de Vinyl, la prometteuse série sur le Rock des 70's, concoctée par Martin Scorsese et Mick Jagger, voici de quoi patienter tout en se déridant de la crispation ambiante. 

 
Angie Tribeca est la nouvelle série la plus con du monde. Et elle bat des records en la matière. Angie Tribeca, c'est Rashida Jones, fille de Quincy Jones et de la délicieuse Peggy Lipton. C'est aussi l'une des plus prometteuses actrices pour les années à venir. Rashida Jones a le charme et la pertinence, le ton et la présence qui manquent tant aux stars déshumanisées qui font le quotidien des blockbusters. Cherchez pas d'où elle sort, du Saturday Night Live. 




Angie Tribeca, c'est aussi une série créée par Steve Carell et sa femme Nancy. Steve Carell, on le connait déjà mieux, pour The Office, mais aussi toute une palanquée de films fortement dosés en absurdités revendiquées. Complice de Will Ferrell dans les trois volumes de la saga de Ron Burgundy, il avait aussi repris pour le grand écran, le rôle du personnage de Max La Menace, de la série du même nom, la plus désopilante des années 70. 
Max La Menace, ceux de ma génération s'en souviennent forcément, c'est cet agent secret qui téléphone avec sa chaussure. Un James Bond sous lysergique, imaginé et mis en scène par Mel Brooks, et incarné par Don Adams qui reprendra la franchise et déclinera le concept en réalisant Coup Double.


Si je vous déblatère tout ça, c'est parce que c'est du côté de Mel Brooks qu'il faut lorgner pour définir l'humour d'Angie Tribeca. De Mel Brooks et des frères Zucker également. 
Si vous aussi, vous considérez Y'a-t-il Un Pilote Dans L'Avion? comme un chef d’œuvre, si vous êtes d'accord pour dire que Val Kilmer n'a jamais été aussi bon que dans Top Secret, que peu importe le nombre des rediffusions, quand un film avec Leslie Nielsen est au programme, personne n'approche la télécommande, alors Angie Tribeca est faite pour vous. Tout y est, les poursuites improbables, les flashbacks crétins, le chien qui sourit, les running-gags qui scient les nerfs, les guest-stars qui déchirent, les dialogues surréalistes, les experts en blouse blanche qui mériteraient la camisole. Et bien sur, Jay Geils, le partenaire amoureux transi, et Chet Atkins, le lieutenant chef qui braille dans son bureau. Avec tout ça, on commence à comprendre où on va.


Angie Tribeca c'est en regardant le Tonight Show de Jimmy Fallon que j'ai appris son existence. Diffusé en France sur MCM depuis la saison dernière, le show de Jimmy Fallon, lui aussi un échappé du Saturday Night Live, est ce que le talk show peut proposer de plus en adéquation avec tout ce que j'aime. Les interviews sont tellement décalées, qu'elles en deviennent plus révélatrices qu'un questionnaire en règle. Les jeux, les concepts débiles, les routines, sont si bien exécutés qu'on se demande comment on peut encore supporter la médiocrité des adaptations françaises. Cerise sur le gâteau, la présence sur le plateau de The Roots, le groupe de Hip Hop qui, entre autres délices, accompagne Elvis Costello sur le fantastique Wise Up Ghost. Ils font partie intégrante du show, sont en permanente interaction. Et l'invité musical, de Hank Williams Jr à Kendrick Lamar, est représentatif de l'ensemble de la musique d'aujourd'hui et d'hier. 


Voir Jimmy Fallon imiter Bob Dylan ou le Boss du New Jersey, ça vous remet dans le sens de la marche, et quand, en duo avec Billy Joel, il singe Mick Jagger sur une reprise démente de Beast of burden, on est définitivement sur une autre planète. Et qu'importe l'audimat de D8 ou Canal+ puisque c'est sur MCM que se trouve le vrai truc.
Faute de rendre plus intelligent, avec Jimmy Fallon, la télé rend moins con. Chaque soirs je suis scotché devant, soit parce que je connais les invités (Will Ferrell, Jonah Hill, Bruce Springsteen, Martin Scorsese, Syl Stallone, Kristen Stewart, mais aussi Donald Trump !) soit parce que ceux que j'y découvre me deviennent vite familiers. Amy Poehler fait partie de ceux là. 


Parce que, malgré les conseils de Harry Max, j'ai raté Parks and Recreation, je n'avais pas encore eu l'occasion de faire connaissance avec cette allumée de la comédie américaine. Je rattrape mon retard en redoublant d'effort.
Bien avant Parks and Recreation, Amy Poehler s'était fait remarquer dans le film Wet Hot American Summer, un teen movie situé dans un camp de vacance, et dont la particularité est d'avoir pris le bide du siècle dès 2001. 
A ceci près que tout le casting a par la suite connu un tel succès que la chaine Netflix les a réuni l'an passé, le temps d'une mini série inspirée du film dont elle conserve le titre. Jamais à une absurdité près, chacun à repris son rôle d'adolescent, fringues et coupes de cheveux inclues, malgré qu'ils aient tous atteint la quarantaine ! 
Le résultat vaut le temps qu'on y passe devant. Je me suis enfilé les huit épisodes comme un goinfre.



Amy Poehler, je l'ai aussi retrouvé au générique de films hautement déjantés comme Baby Mama, avec Sigourney WeaverThey Came Together, avec Paul Rudd, et à celui d'un cocktail de fantaisies et de réflexions qui passent toutes en douceur, Are You Here avec Owen Wilson. Autant dire du nectar avec plein de pépins dedans.
D'ici quelques mois, et avec un peu de chance, son nouveau film, Sisters, devrait sortir en France. C'est celui là, qu'elle est venu présenter chez Jimmy Fallon


Selon ce qu'elle en a dit, l'histoire n'est prétexte qu'à déclencher l'hystérie, propager la destruction et ravager toutes traces de sanité mentale. Ça me va. L'ultime fiesta dans la maison de leur enfance, de deux sœurs en pleine crise de la quarantaine, ne se fera pas sans moi ! Je m'en bats les noix de Star Wars numéro 48, je me fous que Liam Neeson sauve dieu seul sait qui encore, des mains de kidnappeurs interchangeables. La 5éme Vague peut faire ce qu'elle veut, et les salopards peuvent se compter toute la nuit. Je veux du brut de pomme, du qui décape le réel, de l'agitateur de névroses.


Hugo Spanky 
Ce papier est dédié à Jack, mon grand frère.
Pour avoir été à l'origine de tout.  

15 commentaires:

  1. Yo !
    Bon ben je m'en vais checker Angie alors ....
    J'ai pas trop accroché à Parks ni Amy Poehler, la jeune Rachida joue aussi dedans tiens.
    Quant à Jimmy Fallon je n'aurai qu'un seul mot (deux d'ailleurs) :
    More Cowbells !
    https://vimeo.com/55624839

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu la trouveras facilement au même endroit que Sex&Drugs&R'n'R dont ils ont enfin mis en ligne l'épisode 9 !!!
      Extra le sketch des dingues du SNL, Fallon et Chris Kattan sont à deux doigts de se pisser dessus.)))

      Supprimer
    2. A y est j'ai chopé tout ça, le 9 de SDRR je l'avais déjà, le tout avec english subs mais c'est bien de travailler en s'amusant ...

      ... Detective Jay Geils, chaque fois que j'entends ça j'ai envie de crier Stoop-Stoop, Stoop Down Baby !!

      Supprimer
    3. Et te prive pas de Wet Hot American Summer, la série est gratinée, je te dis que ça. Ça part en vrille dans tous les sens, y a même un rocker maudit, génie incompris retiré du monde depuis un burn out en studio, qui hante une cabane au fond des bois ))))

      Supprimer
    4. Yep, j'ai chopé aussi, film et série.
      Va falloir trouver le temps de regarder maintenant ...
      ...Juste la semaine où à la fois Jurado et Westerberg sortent leur dernier disque, tu t'en fous toi mais moi ça me prend du temps !!!

      Supprimer
    5. T'as chopé le film Wet Hot ??? Crache le morceau, où ça ? J'ai pas réussi à le localiser, seulement la série.
      Pour Jurado et Westerberg, je crains fort que tu ais raison)))) Mais, bon, si ils valent le coup, fais savoir, je testerai.

      Supprimer
    6. Wet Hot le film en VO, un torrent ici :
      https://yify-movie.com/movie/wet-hot-american-summer-2001-1080p/
      Les subs, english only, ici :
      https://www.podnapisi.net/subtitles/search/wet-hot-american-summer-2001/ank?keywords=wet%20hot&movie_type=&seasons=&episodes=&year=

      Le Jurado est incroyable mais après 4-5 écoutes, tu vas jamais tenir jusque là, à moins d'une révélation, va savoir ...


      (Si les torrents te branchent pas je peux peut-être te poster ça quelque part, ou alors une dropbox si t'as une adresse mail, tu me dis.)

      Supprimer
    7. Dropbox, si tu peux ça serait extra. hugospanky@yahoo.fr
      Jurado, c'est Damien Jurado Visions of us on the land ?
      Allez, je me lance.

      Supprimer
    8. Go Hugo Go !
      DB done, y a plus qu'à ...

      Supprimer
    9. Merci amigo.
      Damien Jurado, c'est carrément bien. Je vais écouter le reste de sa discographie mais ce Visions of us est un bonheur. Bonnes chansons, plein d'idées dans la production, de sonorités enfouies qui jaillissent de ci de là. Du grand Art parfaitement intemporel.

      Supprimer
    10. Ben ouais, c'est ce que je me dis aussi ...
      Le mec est ultra-prolifique, je suis fan de tout ce qu'il fait, une bonne entrée peut-être que ''Caught In The Trees'' (2008) d'où est extrait cet espèce d'OVNI :
      https://www.youtube.com/watch?v=hb_PinUPxls

      Supprimer
  2. Eh bien moi aussi Park and recreations, je l'ai ratée si ça peut te rassurer...
    Mais je ne compte pas faire de même avec cette Angie Tribeca qui, au vu des références à laquelle tu la compares, à tout l'air d'être de la bonne came. Serait-ce enfin une série à même de pallier au manque de cette dinguerie de Eastbound an down ? J'ai le fol espoir d'y croire, tiens !
    Quant à Mel Brooks, il est vrai qu'on a tendance à oublier que ce bougre d'homme est à l'origine d'un humour aussi crétin que ravageur. Il n'y a qu'à jeter un œil à l'hilarant Frankenstein Jr., avec l'inénarrable Gene Wilder, pour s'en rendre compte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merde, Park and Recreations, j'étais persuadé que c'est toi qui m'en avait causé.
      Angie Tribeca c'est sur du velours, les gags sont incessants. Je me demandes vraiment où ils vont pêcher toutes ces conneries. Les poursuites, c'est le pompon. En plus y a ce dingue de Jere Burns (Wynn Duffy de Justified).
      Et je l'ai peut être pas assez souligné mais les 8 épisodes de Wet Hot American Summer sont également à ne pas rater.

      Supprimer
  3. Haaaa Peut-être y jeter un oeil... mais ceux que je connais: Mel Brooks, les frangin Zucker. Jute un peu, j'ai découvert "y-a-t'il un pilote" que j'avais bien aimé à sa sortie, mais je me suis vite lassé du principe parodique systématique. Mel Brooks? OK? "Blazzing Saddle" ça je me le suis fait plein de fois, "Frankenstein.." un peu moins déjà mais bien.. En fait, je penche davantage pour l'absurde, le décalé (lilly Hammer). Dans le gros délire comme je l'aime, hors Monty Python les top, ce pourrait être Jack Black dans "Soyez Sympa..";" Ou "Tonnerre sous les tropiques" Les films de Kevin Smith...
    Tout ça pour étaler mes goûts. Mais de là à ne pas vérifier ce que tu avances... Car après tout qu'est ce que je me suis marré sur du "3 Amigos" et autres Landis, donc qui sait?

    RépondreSupprimer
  4. Peux-tu m'assurer qu'aucun chien n'a été maltraité durant le tournage ?!?!?

    RépondreSupprimer